BCEAO: L’optimisme du Comité de politique monétaire

Le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Philippe Henri Dakoury-Tabley a fait, mercredi 15 septembre 2010, depuis le siège de l’institution à Dakar au Sénégal, le point sur la première réunion du Comité de politique monétaire (CPM) tenue la veille, dans la capitale sénégalaise.

Par visioconférence, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a apporté des informations essentielles relatives à l’institution bancaire. Philippe Henri Dacoury-Tabley a échangé, mercredi 15 septembre 2010 avec des journalistes des huit pays membres de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA). Le point essentiel abordé a été les conclusions de la toute première réunion du Comité de politique monétaire (CPM), tenue le mardi 14 septembre 2010.

Il ressort qu’au cours de la réunion, le CPM a donné un contenu opérationnel à l’objectif de stabilité des prix qui est assigné à la politique monétaire de la BCEAO. Ainsi, sur la base de l’analyse de l’évolution historique de l’inflation dans l’UEMOA, le Comité de politique monétaire a défini la stabilité des prix comme une évolution de l’inflation comprise entre 1 et 3%.

Le Comité a également, retenu un horizon de 24 mois pour atteindre l’objectif de stabilité des prix, compte tenu du délai de transmission des impulsions monétaires au secteur réel. En outre, le CPM a examiné le rapport sur la politique monétaire qui analyse les risques susceptibles de peser sur la stabilité des prix.

A ce propos, le comité a procédé à un examen de l’environnement dans lequel les économies de l’Union ont évolué au cours de la période récente. Le CPM a relevé notamment que des signes de reprise de l’activité économique mondiale se multiplient en 2010. Toutefois, il reconnaît que la croissance mondiale demeure fragile et inégalement répartie entre les différentes régions du monde.

A entendre le gouverneur de la BCEAO, « l’analyse des indicateurs de conjoncture interne laisse apparaître, au sein des Etats membres de l’UEMOA, une évolution moins favorable par rapport au trimestre précédent, notamment dans les secteurs de l’industrie et des Bâtiments et travaux publics (BTP) ». S’agissant des conditions monétaires, elles sont apparues, selon les dires du gouverneur, relativement favorables avec une détente des taux débiteurs des banques, dans le prolongement de la tendance observée au premier trimestre 2010.

L’examen de la situation monétaire à fin juin 2010 laisse apparaître une consolidation des réserves de change et une augmentation des concours bancaires octroyés aux Etats membres. A propos de l’évolution du niveau général des prix, le CPM a noté que le taux d’inflation s’est établi, en glissement annuel, à 1,3% à fin juillet 2010 contre 1,7% à fin juin 2010 et 0,6% à fin mai 2010.

Au terme de son analyse, le Comité de politique monétaire a souligné que les données disponibles ne laissent pas apparaître de risque majeur mettant en péril la stabilité des prix d’ici à l’horizon 2011.

Un avenir rassurant

Par ailleurs, le Comité a décidé de garder le statu quo dans l’utilisation des instruments de politique monétaire. Dès l’entame de la conférence de presse, M. Dakoury- Tabley a mentionné que la réforme institutionnelle de l’UEMOA et de la BCEAO, en vigueur depuis le 1er avril 2010 dote la Banque centrale de nouveaux organes qui bénéficient d’une large autonomie dans l’exercice de leurs missions.

La plupart des questions des journalistes ont porté sur le CPM et ses missions. Le gouverneur de la Banque centrale, par ailleurs, président du CPM, a expliqué le rôle de cet organe. Il a soutenu, entre autres que le CPM est chargé de la définition de la politique monétaire et du choix des instruments d’intervention de la Banque centrale, ainsi que de fixation de l’objectif d’inflation. Et d’ajouter que ce nouvel organe est également compétent pour la modification des dispositions des statuts de la BCEAO relevant de sa compétence.

Présidé par le gouverneur de la Banque centrale, le CPM comprend 19 membres. Il est composé des vices-gouverneurs de la BCEAO, de membres proposés par les Etats de l’Union (un par Etat), et nommés par le Conseil des ministres. A ceux-là s’ajoutent, un représentant de l’Etat assurant la garantie de convertibilité de la monnaie commune et quatre personnalités, ressortissants de l’UEMOA, nommées par le Conseil des ministres, en raison de leurs compétence dans les domaines monétaires, financier, économique ou juridique.

Alban KINI-Alban_kini@yahoo.fr_Christophe ILBOUDO-(Stagiaire)/Sidwaya du 17 septembre 2010

Publicités
Cet article a été publié dans Faso Actu. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s